Quels oeufs choisir ?

L’œuf provenant de la poule, il sera important de connaître l’alimentation de cette dernière ainsi que son mode d’élevage.

L’alimentation des poules

La poule se baladant librement dans la cour de vos grands-parents se nourrit de vers de terre, d’asticots, d’insectes, d’herbes, de plantes vertes, de petites pousses (naturellement riches en oméga 3), de racines et occasionnellement seulement, de graines. Or, aujourd’hui, les poules d’élevage ont une toute autre alimentation qui va influer sur la composition de ses œufs. Ainsi, ceux-ci seront par exemple bien moins riches en oméga 3, cette fameuse graisse dont nous manquons cruellement.

Le mode d’élevage des poules

Poulets d’usine « élevés en plein air »

Tout l’art du marketing est de jouer avec des expressions qui trompent le consommateur, sans en avoir l’air.

Voici ce qu’impose la législation pour avoir droit au label « élevées en plein air » :

« En journée, accès à un parcours extérieur en majeure partie recouvert de végétation (4 m² de terrain par poule). »

Imaginez un hangar de 150 mètres de long en tôle ondulée, rempli de milliers de poules serrées comme des sardines. L’odeur est à vomir. Le bruit assourdissant. Les poules sont dans un état de stress, et d’agressivité tels qu’elles se battent constamment, s’arrachant les plumes, se piquant les yeux et se griffant. Certaines ont des membres cassés. Vous ne pouvez vous aventurer dans ce hangar sans protections spéciales.

Sur le mur de ce hangar, trois plaques amovibles de 40 cm de côté, au ras du sol, qui sont retirées chaque matin par l’exploitant. Cela suffit pour que les poules puissent être déclarées avoir « accès » à un « parcours extérieur » !!

Techniquement, on pourrait imaginer qu’un certain nombre de poules, en effet, sortent. Le problème est que, les poussins étant nés eux-mêmes dans des hangars fermés, ils n’ont jamais vu la lumière du jour et ils ont peur de sortir ! Malgré « l’accès » vers l’extérieur, il se peut que la très grande majorité des poules « élevées en plein air » n’oseront jamais mettre le bec dehors.

Manger des œufs bio ?

Depuis 2004, tous les œufs vendus dans le commerce sont obligatoirement codés. Un petit tampon est appliqué sur chaque œuf comportant notamment un numéro :

3 : poules élevées en cage, à éviter absolument.

2 : poules élevées au sol, dans un hangar sans voir le ciel une seule fois de leur misérable existence. A éviter également.

1 : poules élevées en plein air, nous avons vu ce que cela signifie. A éviter.

0 : œuf bio. Les poules ont pu sortir, elles ont bénéficié d’abris et de végétation sur le parcours extérieur ; à l’intérieur du hangar, le nombre de poules est limité, avec une densité plus faible ; enfin, elles ont bénéficié d’une alimentation biologique à 90 % minimum.

Malheureusement, même le chiffre 0 ne suffit pas. De plus en plus, se développent des installations industrielles respectant sur le papier les critères du bio et produisant les œufs par millions.

On reste ainsi très loin de l’élevage traditionnel des poules, seul à même de garantir l’œuf véritable de nos grands-parents, reconnaissable entre mille dans l’assiette. En 1950, la France comptait des millions de fermes en activité. Dans chacune d’elles, il y avait un poulailler, avec quelques dizaines de poules, qui bien souvent pouvaient se promener aux alentours librement. Tous les œufs consommés dans ce pays étaient produits de cette manière.

La seule bonne manière de produire des œufs est celle-là. Cela signifie pour vous que l’idéal est d’acheter vos œufs chez un producteur bio que vous connaissez, et qui exploite en effet un élevage de poule à taille normale. Rendez-vous dans une ferme près de chez vous, si vous habitez la campagne : le fermier vous fera visiter ses installations avec joie, s’il n’a rien à cacher.

Un bon éleveur de poules surveillera la nourriture de ses poules, s’assurera qu’elles ont de l’eau fraîche et propre, assez d’espace, une bonne ventilation dans le poulailler. Celui-ci devra être nettoyé très régulièrement.

Les poules bien soignées, elles, pondront des œufs dont le jaune est foncé. Grâce à leur bon système immunitaire, elles ne seront pas infectées par la salmonelle. Plus les œufs sont frais, plus le blanc est visqueux.

Le plus santé : Les œufs bios produits de façon traditionnelle contiennent un tiers de cholestérol en moins, un quart de graisses saturées en moins, deux tiers de vitamine A en plus, deux fois plus d’oméga-3, trois fois plus de vitamine E et sept fois plus de béta-carotène que les œufs de poules en batterie.

La meilleure façon de manger ses œufs

Maintenant que vous avez acheté de vrais œufs, comment les préparer pour en conserver toutes leurs vertus nutritionnelles ?

Crus…

Cru ne veut pas dire que vous devez manger vos œufs tels quels. Vous pouvez les mélanger à une boisson

comme un jus de fruit ou un smoothie ou… une mousse au chocolat ! En effet, le jaune sera mélangé au chocolat fondu et le blanc battu en neige ! Pas de cuisson, et ni sucre, ni farine, ni beurre ne sont nécessaires.

Cuits :

La meilleure manière est de les manger à la coque, cuit à faible température (80 °C). Nul besoin en effet que l’eau soit bouillante, puisque l’œuf coagule entre 70 et 80°C. Suivant la taille de votre œuf, 4 minutes environ suffiront pour obtenir la texture parfaite : votre blanc d’œuf doit être crémeux, votre jaune juste chaud et onctueux.

Mais vous pouvez aussi faire des œufs brouillés, au bain-marie. Le résultat final doit être une crème à peine plus épaisse que la crème Montblanc, et vous pouvez y ajouter toutes sortes d’ingrédients pour la parfumer : champignons ou épices bien sûr, mais aussi fines herbes et petits légumes.

Spécial femmes enceintes

La consommation d’œufs crus n’est pas conseillée pour les femmes enceintes car le blanc d’œuf contient de l’avidine, qui se lie à la biotine, une substance dont les femmes enceintes sont souvent déficitaires.

Si vous êtes enceinte, vous pouvez faire des examens pour mesurer une éventuelle déficience en biotine et prendre des compléments alimentaires, ou alors ne manger cru que le jaune de l’œuf.

Le jaune d’œuf ne fait pas grimper le taux de cholestérol

Dans les années 80, le jaune d’œuf fut injustement accusé de faire grimper le taux de cholestérol.

Aujourd’hui, on sait que le taux de cholestérol sanguin a peu à voir avec le cholestérol alimentaire, car il est fabriqué par le foie, à partir du sucre.

N’oubliez pas que le cholestérol n’est pas un poison : chaque cellule de votre corps a besoin de cholestérol. Il contribue à fabriquer de la membrane cellulaire, des hormones, de la vitamine D, des acides biliaires pour digérer les graisses. Le cholestérol aide aussi à former des souvenirs et il est indispensable aux fonctions neurologiques. Le cholestérol de l’alimentation est votre ami.

De plus, de nombreuses études concluent que les œufs ne font de toute façon pas monter le taux de cholestérol. Par exemple, des recherches publiées dans le International Journal of Cardiology (1) ont montré que chez les adultes en bonne santé, manger des œufs tous les jours ne déclenchait ni d’effets négatifs sur les fonctions endotheliales, ni une hausse des taux de cholestérol.

C’est donc en toute tranquillité d’esprit que vous pouvez manger des œufs !

Sources : Santé Nature Innovation, Lettre d’information Santé et Nutrition du 8 juillet 2012 écrite par Jean-Marc Dupuis et (1) International Journal of Cardiology, 10 mars 2005; Volume 99, Issue 1, pages 65-70